Allez chéri(e), fais-moi un donj’, s’il te plaît

Donj'hasard

Des millieres de donjons en trois pages à peine. C’est vrai que même en mettant la Times New Roman à 6 pts, on n’y arrive pas. Sauf… Sauf si c’est une dizaine de tables aléatoires pour générer à chaque fois un donjon qui ne ressemble pas à un autre. Ou alors vous êtes vraiment chanceux et vous devriez penser à jouer à la loterie. Je dis ça, je dis rien.

Comment résister à un appel aussi pressant que celui de détruire des monstres au fond de tunnels  sombres et malodorants? Dungeonslayers permet à des joueurs débutants et confirmés de s’adonner sans limites à leurs héroïques fantaisies. Ouais, bon, jusqu’au 20e niveau max, parce qu’après… Hmm, après?

Si l’ambition, la soif d’0r, de gloire et de sang semblent sans limites chez les joueurs, l’imagination des maîtres – quand ils en ont – n’arrive qu’en quantité limitée. Quand ils ont fini de piller le web à la recherche d’inspiration et fini de rigoler en regardant Tom et ses chums, ils se retrouvent devant leur papier millimétré à se demander vers où conduiront ces tunnels et labyrinthes…

Quels monstres les peupleront? Quelles surprises attendent les joueurs? Et surtout, pourquoi les PJs iraient se ficher dans un guêpier pareil?

Le livre des règles de base donne bien quelques indications sur la manière de concevoir un donjon. C’est bien gentil, mais comment incarner les idées?  Concrètement?

Quoi de mieux que de belles tables aléatoires pour générer un donjon à partir de rien du tout? C’est le sujet du fanwerk qu’on vous livre aujourd’hui. En trois pages, vous disposez de milliers de donjons imaginables, prêts à jouer en une heure préparation environ (les premiers essais vous prendront plus de temps).

La trad’ est signée de l’insubmersible Vik, je crois avoir relu et utiliser un marteau pour tout caser ça en trois pages. Avis aux taupes, sortez vos binocles.

Si vous créez des donjons avec ce bidule, on veut entendre parler de vous!!!

Vous nous faites parvenir votre donjon au format Word (madmalik666@gmail.com). Vik, mon kobold préféré, le traduit en français (ne vous en faites pas, il traduit tout), je le corrige (F7, ma touche préférée), le lui renvoie avec des remarques vicieuses et ça me revient en PDF que je puisse vous le poster. Ensuite, je délire un peu et j’appuie sur le bouton Publier.

Pour une fois, c’est vous, les MJ, qui serez auréolés de gloire.

Trois pages de Donj’hasard, un supplément pour Dungeonslayers en français, à télécharger là, maintenant, tout de suite.

Et dire que vous pensiez que Noël était passé. Pfff.

Ne croient plus à rien les gens, je te dis….

2 Commentaires

  1. Pingback: Allez chéri(e), fais-moi un donj’, s’il te plaît | Le joyeux monde des Jeux de Rôles
  2. Pingback: Des tables, des tables, on ne sait plus où s’asseoir | DungeonSlayers VF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s