Devinez quelle horrible créature se cache sous ce volcan…

L'adaptation du scénario Les entrailles du diable pour Dungeonslayers.

L’adaptation du scénario Les entrailles du diable pour Dungeonslayers.

C’est reparti. C’est pas parce que Noël approche qu’on va se laisser démonter. Et on va pas l’attendre non plus pour vous mettre quelque chose sous le sapin…

Vos PJs de niveau 5 à 8 sont en manque de sensations fortes? Les volutes sulfureuses aiguisent tout autant leur curiosité qu’elles corrodent leurs bronches? Cette aventure en 3 pages, plutôt bien faite, va les emmener dans un dédale à 3 dimensions.

Le dédale a été dessiné par le Studio Greengoat, un illustrateur on sait peu de choses, sinon qu’il a blogué quelques fois et que ces dessins sont plutôt prometteurs.

Greengoat et un de ses amis ont réalisé cette aventure dans le cadre d’un concours d’un donjon d’une page, une compétition que nos amis anglo-saxons de la scène «old school» tiennent depuis 2009. Ces dernières années, le scénario gagnant est publié dans le Gygax Magazine.

L’idée est de réaliser un donjon qui tienne en une page A4 ou US Letter, si possible adaptable à n’importe quel jeu. Le ou les auteurs acceptent aussi de publier sous la licence Creative common (Creative Common Attribution-Share Alike 3.0 pour être précis). C’est ce qui a permis à Vik, dottore tradditore officiale della Dungeonslayers bloggia*, de traduire et d’adapter l’aventure avec des caractéristiques adaptées à la version française de la 4e édition de Dungeonslayers.

Le plan isométrique est particulièrement de Greengoat est très bien réussi, l’aventure promet quelques rebondissements.

Pour résumer, du bétail a été mutilé, des villageois enlevés. Toutes les raisons sont bonnes pour aller enquêter du côté des Entrailles du diable, un volcan endormi, où des brigands ont été aperçus. A l’approche, les PJs découvrent une sépulture ancienne qui a été profanée… Devinez quelle terrible créature se cache dans Les entrailles du diable (PDF, 606 Ko).

* Les titres honorifiques sonnent toujours mieux en italien, l’italique est vraiment sous-employé par les typographes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s