Des adversaires héroïques et épiques à Dungeonslayers – Comment donner du mordant à ces monstres sans crocs? (Partie 2)

Cockatrice

La cockatrice peut pétrifier ses adversaires, à Dungeonslayers. Mais que le Maître de jeu en fasse un adversaire «épique» ou «héroïque» ne lui rendra pas la tâche plus facile; elle durera seulement plus longtemps.

Certains monstres de Dungeonslayers (et d’autres jeux de rôle aussi, j’en suis certain) peuvent parfois manquer de mordant. Vos personnages ont monté de niveau et les Orques qui infestent la région, par exemple, ne représentent plus la menace qu’ils étaient au cours des premières parties. Que faire? Aujourd’hui, on aborde deux solutions.

Dans un billet précédent, il était question de multiplier le nombre des adversaires pour avoir une chance supplémentaire de réussir une attaque spéciale ou de donner un petit challenge à vos PJs.

Mais il est aussi possible de donner un peu de punch en leur aiguisant les canines ou plutôt en leur durcissant la couenne.

Pour plus de punch? Plombez les gants!

La section des monstres donne une règle pour des monstres «héroïque» ou «épiques».  Pour l’essentiel, il s’agit de donner un bonus à l’attaque et à la défense puis de multiplier les points de vie. Les points d’expérience suivent ensuite la même formule.

La solution est simple, mais elle semble spécialement convenir aux monstres uniques qu’à une horde de Kobolds.

Par exemple , imaginons le Léprodon, un animal imaginaire né des expérimentations folles d’un druide devenu Serviteur des ténèbres. Pour donner corps (et surtout remplir la fiche) à la bête.

***

Léprodon (monstre unique)
COR 7
MOB 10
ESP 1
Fo 3
Ag 5
In 0
Co 1
Dx 3
Au 0

PV 135
DEF 11
INI 15
DEP 9
ATT 14
TIR -
Attaque
Morsure/griffes (BA+2, DA -1)
Défense
Fourrure (VA +1)
XP: 392

***

Les plus connaisseurs auront reconnu le Prédateur félin, généralement un bon challenge pour un PJ de premier ou de deuxième niveau. Ici, il ressemble à une (très) grosse bête qui peut avoir un groupe à l’usure.

Pour vous amuser, sortez et vos calculatrice et  imaginez-vous à quoi ressemble un seigneur démon épique ou un dragon rouge adulte épique…

PV et mise en scène

C’est d’ailleurs un peu la limite du procédé: les bonus à l’attaque et à la défense sont mineurs, les Habiletés spéciales ne bougent pas d’un iota et la longue rallonge de PV rallonge d’autant les combats sans leur donner de dimension épique ou héroïque.

Ce bonus de PV peut en revanche servir la mise en scène, j’entends par là que le MJ peut faire «mourir» l’adversaire des PJs aux deux tiers de ses PV après un combat fastidieux… Et, alors que les joueurs commencent de se partager le butin ou attendent leurs XP, il revient soudainement à la vie pour l’affrontement final.

Mais comme avec toutes les bonnes choses de la vie, il ne faut pas en abuser, sinon les joueurs finissent par attendre la surprise, ce qui dans les faits revient à pas de surprise du tout… Mais là, j’enfonce des portes ouvertes.

Cet arrêt temporaire des hostilités peut aussi être l’occasion donner un peu de répit à des PJs un peu trop fatigués par le combat.

3 Commentaires

  1. Pingback: Des adversaires héroïques et &eacut...
  2. Pingback: Des adversaires héroïques et épiques à Dungeonslayers – Comment donner du mordant à ces monstres sans crocs? (Partie 2) | Le joyeux monde des Jeux de Rôles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s